Lifestyle

À la Maison Carrée de Nîmes, on a dissimulé les Antiquités dans la cave du bâtiment romain


Les médailles précieuses ont été stockées dans un coffre à la Banque de France.

“La Maison Carrée possède dans ses sous-sols taillés dans le roc un abri en rotonde qui paraît parfaitement solide et dont la sécheresse semble absolue.” Dans un courrier dactylographié, sans doute adressé début 1943 par le Conservateur de l’Hérault au directeur des Musées nationaux, on découvre la stratégie choisie pour protéger les trésors antiques qu’abritait alors le joyau romain de Nîmes. Le 20 mars 1943, le responsable du Louvre donne son accord pour que soient  ainsi réalisées des étagères dans ce sous-sol.

Les sculptures enterrées dans du sable

“On y posera les petites sculptures en pierre et en marbre, les objets en verre, et, à titre provisoire, les céramiques antiques qui n’y seront laissées que si l’humidité n’en décolle pas les morceaux. Les grandes sculptures seront placées sur le sol de cet abri, et éventuellement enterrées dans le sable.”

Henri Floutier, le président du conseil régional de l’ordre des architectes, a évalué  le 18 décembre 1942 ces travaux de “défense passive et protection des œuvres d’art.” Il faut compter 4000 F pour les étagères dans la cave, 1800 F pour la “fourniture de 4 seaux pompes” et 800 F pour 4 m3 de sable. 

En revanche, souligne le conservateur, les monnaies “qui auront le plus de valeur seront déposées dans un coffre loué par la municipalité de Nîmes à la Banque de France. Quant aux bronzes, ils seront emballés dans trois caisses, qui iront ensuite rejoindre au château de Roquedols, en Lozère, les œuvres d’art du musée Fabre, des musées de Béziers et d’Ensérune, ainsi que des tableaux du musée des peintures de Nîmes, évacuées dès fin 1942.



Source link

Leave a Reply

Your email address will not be published.