Business

Bourse, bitcoin, euro… “le krach est justifié par la dégradation de l’économie et la guerre en Ukraine”


Comme nous l’annoncions dans ces mêmes colonnes depuis l’automne dernier et comme nous le confirmions début 2022 dans nos prévisions annuelles, l’année 2022 est bien celle de la fin des excès financiers et du retour à la réalité. En effet, après un premier coup de semonce en janvier dernier dans le sillage de la affirmation d’une inflation durablement forte et d’une première section de remontée des taux d’intérêt obligataires, puis une deuxième tempête lors du début de la guerre en Ukraine, les marchés financiers repartent dans une nouvelle section de sévère correction. Et ce, en particulier sur les marchés boursiers, sur l’euro/greenback et sur les cryptomonnaies. Les chiffres parlent d’eux-mêmes : en 17 jours, le bitcoin a dégringolé de 30 %. Depuis novembre 2021, il s’est effondré de 57,9%, atteignant un plus bas depuis décembre 2020.

ACDEFI (Sources : Bitfinex, ACDEFI)

Les autres cryptomonnaies ne sont pas en reste : -60 % pour l’ethereum depuis novembre 2021, -79 % pour le XRP depuis avril 2021, -84 % pour le Litecoin depuis mai 2021, -89 % pour le doge également depuis mai 2021… Même les StableCoin censés rester stables par rapport au greenback ont perdu de leur valeur au cours des derniers jours. A l’évidence, pour ceux qui pensaient que les cryptomonnaies étaient des “valeurs refuges”, la douche est froide. Ils ne pourront cependant pas dire que nous ne les avions pas prévenus…

>> À lire aussi – Les 10 questions les plus posées sur le Bitcoin

Dans le sillage de cette descente aux enfers, l’indice phare des valeurs de croissance, en l’incidence le Nasdaq, connaît également une tempête particulièrement dévastatrice. Ainsi, en six jours, l’indice Nasdaq composite a dégringolé de 12,3%. Depuis novembre 2021, il a plongé de 29,2%, atteignant un plus bas depuis novembre 2020.

ACDEFI (Sources : Nasdaq, ACDEFI)

>> Découvrez 21 thousands and thousands, la nouvelle e-newsletter consacrée aux cryptomonnaies de Capital. Décryptages et conseils pour maximiser vos earnings en crypto-actifs

Quant aux indices boursiers plus traditionnels, la forte baisse est également au rendez-vous. Entre le sommet de début janvier 2022 et le level bas des derniers jours, le S&P 500 a chuté de 18,1%, le Dow Jones de 13,8% et le CAC 40 de 17,9%. En plus d’être justifiées par un mouvement de correction logique après la flambée extreme de 2021, ainsi que par la poursuite de la guerre en Ukraine, ces chutes sévères sont également corroborées par les statistiques économiques des derniers jours.

Ainsi, en Chine, dans le sillage du blocage du pays, les indices Caixin des directeurs d’achat d’avril sont nettement passés sous la barre des 50 qui représente la frontière entre la development et le recul de l’activité : 46,0 dans l’industrie, 36,2 dans les providers et 37,2 pour l’ensemble des secteurs. De quoi confirmer que l’économie chinoise est bien au bord de la récession. Cette déconvenue n’empêche cependant pas l’Empire du milieu de battre document sur document en matière de solde business. Ainsi, en avril, l’excédent business chinois a atteint 51,12 milliards de {dollars} sur un mois et un nouveau sommet historique de 743,93 milliards de {dollars} sur un an.

ACDEFI (Sources : NBSC, ACDEFI)

>> Notre service – Comparateur de devises

De quoi souligner qu’un blocage sturdy de l’économie chinoise affectera massivement les approvisionnements de nombreux pays à travers le globe, aggravant les pénuries et par là même les pressions inflationnistes. A cet égard, il faut noter qu’en dépit de l’appréciation du greenback qui se traduit par une réduction de l’inflation importée, le glissement annuel des prix à la consommation est resté très élevé en avril aux Etats-Unis. Il a ainsi atteint 8,3%, après 8,5% en mars et reste donc sur des sommets depuis décembre 1981.

Quant à l’inflation hors énergie et produits alimentaires, elle a également reculé de 0,2 level en avril, mais, avec un niveau de 6,3%, elle demeure sur un plafond depuis août 1982. En outre, compte tenu d’un effet de base favorable, le glissement annuel des prix à la manufacturing, indicateur avancé des prix à la consommation, a également diminué de 0,2 level en avril, mais demeure toujours très élevé, à 11,0%. Cette pressure permanente des prix à la manufacturing indique que le glissement annuel des prix à la consommation pourrait encore augmenter au cours des prochains mois, ou au mieux se stabiliser sur des niveaux élevés.

Autrement dit, la Réserve fédérale américaine va devoir encore augmenter ses taux directeurs d’au moins un level à 2% d’ici la fin de cet été. Or, dans la mesure où la BCE proceed de nier la réalité et refuse de réagir rapidement et massivement face à la flambée inflationniste, le unfold de taux monétaires Fed-BCE va encore augmenter.

Une évolution qui ne manquera évidemment pas de déprécier encore un peu plus l’euro/greenback. Ce dernier vient d’ailleurs de tomber à 1,0379 greenback, un plus bas depuis le 2 janvier 2003. Comme nous l’expliquions ici même dans notre chronique de la semaine dernière, cette dépréciation de l’euro/greenback est en grande partie justifiée, mais start néanmoins à devenir dangereuse pour la stabilité et la crédibilité de l’Union Economique et Monétaire.

ACDEFI (Sources : BCE, ACDEFI)

En effet, plus l’euro baisse plus l’inflation qui sévit dans l’UEM augmente (du fait du renchérissement mécanique des biens importés, NDLR), cassant le pouvoir d’achat des ménages et la croissance économique avec. Mais cela, la BCE n’arrivera manifestement pas à le comprendre et préfère attendre, peut-être en juillet, pour réagir. Etonnant, non ?!

>> Achetez et vendez vos placements (Bourse, cryptomonnaies, or…) au bon second grâce à Momentum, la e-newsletter de Capital sur l’analyse approach. Et en ce second, avec le code promo CAPITAL30J, profitez d’un mois d’essai gratuit.

Marc Touati, économiste, président du cupboard ACDEFI

Son nouveau livre RESET – Quel nouveau monde pour demain ? est en tête des ventes des essais économiques depuis sa sortie le 2 septembre 2020

Marc Touati

Retrouvez toutes ses vidéos sur sa chaîne YouTube. Dont la dernière, Chute de l’euro : pourquoi, jusqu’où et quelles conséquences ?



Source hyperlink

Leave a Reply

Your email address will not be published.

close