Business

Catastrophe ferroviaire de Brétigny-sur-Orge: le procès s’ouvre lundi



Ce lundi 25 avril 2022 débute au tribunal correctionnel d’Évry (Essonne), le procès de l’une des pires catastrophes ferroviaires survenues en France. Le déraillement, survenu à la gare de Brétigny-sur-Orge le 12 juillet 2013 d’un practice Intercités ayant entraîné la mort de sept personnes et fait plus de 400 blessés. Sur le banc des prévenus: la SNCF, SNCF Réseau et un cadre de la société. Le tribunal correctionnel doit, jusqu’au 17 juin, établir les responsabilités de chacun. Un procès hors normes qui accueillera 184 events civiles. Vingt-cinq témoins et quatre specialists sont cités pour éclaircir le drame.

Il était 17h11, le vendredi 12 juillet 2013, quand un practice à vacation spot de Limoges a déraillé à Brétigny-sur-Orge, une gare où circulaient quotidiennement quelque 400 convois. Une éclisse en acier, sorte de grosse agrafe joignant deux rails, s’est retournée, faisant dérailler le practice qui circulait à 137 km/h pour une vitesse maximale autorisée de 150 km/h. Le choc avait fait trois morts parmi les passagers du practice, quatre parmi les personnes qui attendaient sur le quai, et des dizaines de blessés, soit l’une des pires catastrophes ferroviaires en France. 

A Evry, sont jugés le cadre qui a réalisé la dernière tournée de surveillance, SNCF Réseau (qui a succédé à Réseau ferré de France, gestionnaire des voies) et la Société nationale SNCF (héritière pénalement de SNCF Infra, chargée de la upkeep) pour “homicides involontaires” et “blessures involontaires”.

Défaillance dans les opérations de upkeep



Source hyperlink

Leave a Reply

Your email address will not be published.