Business

ces irréductibles passionnés entretiennent la flamme



Ils étaient 35 individuals à l’événement ce dimanche 8 mai, et autant de modèles pas si réduits que cela, puisque certains mesuraient plus de deux mètres. « Avec seulement dix bénévoles encore en activité dans l’affiliation, on peut dire que tout devient plus difficile. Il n’y a pas de relève », explique Marie-Claude Girardo, la présidente de Modélisme Rhône-Alpes.

L’imprimante 3D pour continuer à attirer ?

Plusieurs raisons sont mises en avant pour expliquer cela : l’car radiocommandée plus accessible, mais surtout les drones, facile à monter, voire prêt à l’emploi, avec une fonction photograph, qui attirent plus les jeunes.

« Nous sommes à la fin d’un cycle et nous sommes inquiets. Pendant la crise Covid-19, beaucoup de passionnés en ont profité pour construire des maquettes. Mais surtout il faut bien le reconnaître et c’est sur cela que nous espérons attirer à nouveau les plus jeunes, il y a l’imprimante 3D en ABS qui permet de réaliser toutes les maquettes désirées, beaucoup plus facilement et rapidement. »

« Souvent, ce sont les musées navals qui donnent les cotes, restent à les réduire aux dimensions voulues »

« Les modèles réduits de bateaux de guerre, les plus nombreux, répondent aux côtes exactes de leur modèle grandeur nature. Souvent, ce sont les musées navals qui donnent les cotes, restent à les réduire aux dimensions voulues », guarantee Patrick, passionné des modèles de grande taille qui en a réalisé un de 2m40 d’un destroyer.

Pour d’autres, ce sont des modèles plus surprenant, comme ce passionné qui a construit un sous-marin qui peut vraiment plonger sous l’eau. Des modèles réduits qui permettent aujourd’hui de représenter la mémoire vivante de l’histoire de la marine navale et de guerre.



Source hyperlink

Leave a Reply

Your email address will not be published.

close