Lifestyle

Covid-19 : 9500 morts liés à l’hydroxychloroquine dans 8 pays depuis la première vague selon une étude française


l’essentiel
Selon une étude française présentée lors du congrès de la Société française de pharmacologie et de thérapeutique, l’exposition à l’hydroxychloroquine chez les patients hospitalisés pour cause de Covid-19 aurait entraîné 9500 morts au cours de la première vague, dans 8 pays où cette mortalité était estimable.

L’hydroxychloroquine n’a pas fini de faire parler d’elle. Une étude française présentée lors du congrès de la Société française de pharmacologie et de thérapeutique et relayée par le site d’informations APMNews, donne un nouveau coup dans l’aile du médicament, déjà sous le feu des critiques depuis sa promotion tous azimuts par plusieurs personnalités.

D’après les chercheurs, les traitements à base d’hydroxychloroquine chez des patients hospitalisés pour Covid-19 auraient entraîné les décès de 9500 personnes dans au moins 8 pays où cette mortalité était estimable depuis la première vague épidémique.

Pour parvenir à ces données, l’équipe de scientifiques a évalué le taux d’exposition à la molécule des patients ayant contracté le Covid-19, ainsi que la mortalité des malades atteints du même virus. Les chercheurs sont parvenus à obtenir ces données complètes dans 8 pays : la Turquie, le Brésil, la Belgique, la France, le Royaume-Uni, l’Espagne, l’Italie et les Etats-Unis.

Premier constat : les taux de prescription du médicament varient considérablement selon les pays, de 6 à 97 %. En France, 6 à 16 % des patients hospitalisés pour Covid-19 ont bénéficié d’un traitement à l’hydroxychloroquine. En combinant leurs résultats à ceux d’autres équipes de scientifiques des universités de Stanford et Berlin, les chercheurs sont parvenus à établir le nombre de décès imputés à l’hydroxychloroquine dans ces 8 pays.

Entre 98 et 256 morts en France

Ainsi, en France, entre 98 et 256 personnes seraient décédées à cause du médicament. C’est encore plus impressionnant aux Etats-Unis, où le nombre de morts est estimé à 5645. Au total, 9485 décès sont donc imputables à l’hydroxychloroquine, affirment les chercheurs.

Notons par ailleurs que les scientifiques ont fait le choix de limiter leur étude à la première vague épidémique, puisque les taux de prescription d’hydroxychloroquine n’ont cessé de décroître à partir de cette période. Les chercheurs émettent enfin l’hypothèse que ces décès seraient en partie dus aux effets cardiaques indésirables du traitement controversé.

Malgré une absence d’autorisation de mise sur le marché, des effets indésirables connus et un manque de preuves concernant son efficacité contre le Covid-19, l’hydroxychloroquine entraînerait un surrisque de mortalité de 11 % chez les patients atteints du virus, selon une étude publiée en 2021 par la revue Nature Communications.



Source link

Leave a Reply

Your email address will not be published.