Lifestyle

ENTRETIEN. Comment devient-on allergique au pollen ? Une allergologue décrypte le mécanisme qui touche des millions de Français


l’essentiel
Selon l’Organisation mondiale de la santé, un Français sur deux sera victime d’allergie d’ici à 2050. Allergologue et auteure du livre “Les Nouvelles Allergies : comment les reconnaître? Comment les combattre?”, Catherine Quéquet nous aide à décrypter ce phénomène.

La Dépêche du Midi : Par quel mécanisme devient-on allergique ?

Catherine Quéquet : On devient allergique sur un terrain génétiquement prédisposé à l’allergie, souvent un guardian ou un grand-parent qui était lui-même allergique. C’est une réaction exagérée de l’organisme à des allergènes de l’environnement. Mais les symptômes de l’allergie mettent plus ou moins de temps à se déclencher. L’allergie qui apparaît du jour au lendemain est donc une idée reçue ! Chez les personnes allergiques, il existe une période initiale dite “de sensibilisation” lors de laquelle le corps fabrique l’IgE – des anticorps appelés Immunoglobulines E (IgE) dirigés contre des protéines (allergènes) contenues dans les acariens, les animaux, certains aliments, les pollens, and many others. – sans déclencher pour autant de symptômes lors du contact avec l’allergène. Cette période dite de “sensibilisation” peut varier de quelques mois à plusieurs années. Et lorsque ce contact se répète au fil du temps, la maladie allergique s’installe avec son cortège de symptômes : toux, nez qui coule, difficultés respiratoires, allergie alimentaire avec œdème de Quincke et même choc anaphylactique.

Le docteur Catherine Quequet est allergologue.
Le docteur Catherine Quequet est allergologue.

Vous estimez qu’en 2050, la moitié de la inhabitants française sera allergique. Comment l’expliquez-vous ?

L’évolution exponentielle du nombre d’allergiques n’est plus à démontrer. N’oublions pas qu’il y a plus de vingt ans, on estimait qu’un Français sur quatre était allergique. Actuellement, un tiers de la inhabitants française est touché ! Cette prévalence va croissant, et les projections l’évaluent, dans une trentaine d’années, à 50 % de la inhabitants. L’air de plus en plus pollué et le réchauffement climatique engendrent des irritations chroniques respiratoires et augmentent la période des allergy symptoms polliniques. Quant à notre alimentation industrielle et transformée elle entraîne un déséquilibre du microbiote intestinal favorisant les allergy symptoms alimentaires.

On sait également que l’utilisation de crèmes contenant des protéines allergisantes (protéines de blé, de lait, d’œuf…) accroît la sensibilisation des personnes allergiques surtout dans la petite enfance. C’est pourquoi, on déconseille aux personnes qui ont des antécédents atopiques – c’est-à-dire celles qui sont génétiquement prédisposées aux allergy symptoms – d’éviter ce style de cosmétiques.

Dans votre livre, vous parlez de nouvelles allergy symptoms. Il est donc potential de développer de nouvelles allergy symptoms au cours de sa vie ?

Les allergy symptoms peuvent se déclarer tout au lengthy de la vie, y compris tardivement. On s’aperçoit que se développent de plus en plus de “multi-allergies”. Les pollens sont des réservoirs à allergènes et mènent à ce qu’on appelle au phénomène d’”allergies croisées”. Votre système immunitaire va réagir anormalement lorsque vous allez ingérer des substances similaires à celles dont vous êtes allergique. Ce phénomène peut mener par la suite à une allergie croisée entre le pollen de bouleau et la pomme crue par exemple. Pour ces éléments, les deux allergènes sont différents mais ont une construction moléculaire presque similaire. Il s’agit de protéines allergisantes, de la famille des PR 10. Et, au fil des années, on découvre de plus en plus de familles allergisantes différentes comme celle décrite, récemment expliquant dans le Sud les allergy symptoms croisées entre le pollen de cyprès, la pêche et les agrumes.

La docteure Catherine Quéquet est l’auteure du livre “Les Nouvelles Allergies: comment les reconnaître? Comment les combattre?” (éd. du Rocher, 2022)



Source hyperlink

Leave a Reply

Your email address will not be published.