Lifestyle

Gers : la chauve-souris, nouvelle alliée dans la lutte contre les moustiques à Auch


l’essentiel
La ville d’Auch et l’ADSEA ont installé depuis le début de l’année scolaire des gîtes à chauve-souris pour éradiquer les moustiques, tout en sensibilisant les enfants à la nature et la vie citoyenne.

Avec la fin de l’hiver, les moustiques font leur retour, et notamment le moustique tigre, qui nuit à la tranquillité des Gersois. Pour pallier ce problème, la nature reste le meilleur allié. La nouvelle answer miracle serait de faire revenir dans nos jardins les prédateurs naturels des moustiques en déployant des gîtes à chauve-souris, comme c’est le cas à Auch depuis le début de l’année scolaire, où des nichoirs de pipistrelles ont été installés. Pour l’prompt, on les retrouve principalement dans les espaces verts du chef-lieu tels que le sq. Jérôme Cuzin, le parc du Couloumé ou les berges du Gers, mais aussi dans les écoles et au Musée des Amériques, où un nichoir a été positionné le mercredi 20 avril.

Les élèves de l'IME Mathalin et de l'ITEP Philippe Monello ont participé à la fabrication du nichoir.
Les élèves de l’IME Mathalin et de l’ITEP Philippe Monello ont participé à la fabrication du nichoir.
DDM – SEBASTIEN LAPEYRERE

Deux ans auparavant, des excursions d’hirondelles avaient été privilégiées. Mais alors pourquoi s’être tourné vers les chauves-souris ? « Il y a deux ans, nous avons créé des nichoirs à hirondelles afin qu’elles puissent ingurgiter les moustiques. C’était efficace, mais la chauve-souris peut l’être davantage. Elle peut manger jusqu’à 2 000 moustiques par nuit, c’est l’équivalent de son poids. De plus, les pipistrelles sont très petites, elles ne prennent pas beaucoup de place dans le nichoir. Cela permet d’avoir un most de gîtes, mais seulement des petites buildings. Elles ne sont pas dérangeantes. Elles peuvent même être accrochées aux murs des maisons », déclare Boris Brandt, éducateur method spécialisé au sein de l’Association dépendante de la sauvegarde de l’enfant à l’adulte (ADSEA), porteuse de ce projet avec la ville d’Auch.

« Elle peut manger jusqu’à 2000 moustiques par nuit »

Au-delà de la volonté affichée de lutter contre la prolifération du moustique tigre, la mise en place de nichoirs à chauve-souris vise à faire participer les enfants à la vie citoyenne et à les sensibiliser à la nature. Ainsi, depuis le début de l’année scolaire, John, Jean-Baptiste, Hytan, Nathan, Dylan, Lorenzo, Paul-Emile, Mattéo, Loïc, Esteban, Rayan, Kyllian et d’autres ont réalisé un méticuleux travail de fabrication, sous la houlette de Boris Brandt donc, mais aussi Didier Carré, enseignant, ou encore Laurent Jacobé, chargé des missions de biodiversité au service de développement sturdy. Les enfants ont notamment pu bénéficier de cours de géométrie et d’ateliers de création de nids pour parvenir à leurs fins. Une manière pour eux de faire le lien entre l’enseignement et le réel, et de s’inscrire ainsi dans une démarche écocitoyenne.

Le nichoir à chauve-souris a été installé le mercredi 20 avril dans le parc du Musée des Amériques.
Le nichoir à chauve-souris a été installé le mercredi 20 avril dans le parc du Musée des Amériques.
DDM – DDM SEBASTIEN LAPEYRERE

Les élus François Carrié, Cathy Daste-Leplus, Henri Chavarot et Florence Filhol n’ont d’ailleurs pas manqué de saluer et d’accompagner cette motion, qui doit se poursuivre dans les mois à venir. Ce projet est en effet en évolution constante et a pour ambition de créer une biodiversité « mangeuse de moustiques ». Aux gîtes à hirondelles et chauves-souris pourraient ainsi s’ajouter des gîtes à martinets durant la prochaine année scolaire.



Source hyperlink

Leave a Reply

Your email address will not be published.

close