Business

Guerre en Ukraine: la situation sur le terrain au 143e jour


PARIS (awp/afp) – L’armée russe tire des missiles en Ukraine depuis la centrale nucléaire de Zaporijjia, la plus grande d’Europe, affirme l’opérateur ukrainien de l’énergie nucléaire, alors que Moscou a lancé une grande opération de recrutement de volontaires, selon un centre de recherche américain.

Voici un point de la situation de la guerre en Ukraine, au 143e jour de la guerre, à partir d’informations des journalistes de l’AFP sur place, de déclarations officielles ukrainiennes et russes, de sources occidentales, d’analystes et d’organisations internationales.

Donbass

Les forces russes sont “probablement en train de sortir de la pause opérationnelle” qu’elles avaient décrété il y a huit jours pour se régénérer, affirme l’Institut américain d’étude de la guerre (ISW).

Les troupes de Moscou ont mené “une série d’assauts terrestres”, “encore à petite échelle” et “largement infructueux”, au nord-ouest de Sloviansk, au sud-est de Siversk, le long de la route Bakhmout-Lyssytchansk, au sud-est de Bakhmout et au sud-ouest de la ville de Donetsk, énumère-t-il.

Les offensives russes dans le Donbass restent “réduites”, confirme le ministère britannique de la Défense, les combats se concentrant sur Siversk et Bakhmout, “malgré les affirmations russes d’avoir pénétré dans les faubourgs de Siversk” cette semaine.

“La Russie a déjà fait des déclarations de succès prématurées et fausses”, qui visent à “démontrer le succès de l’opération à l’opinion publique” russe et renforcer le moral des troupes, observe-t-il.

Depuis qu’elles ont abandonné début juillet Lyssytchansk, les troupes ukrainiennes ont “raccourci” leur ligne de défense, ce qui leur permet de “concentrer” leurs forces “contre des attaques russes réduites et a contribué à réduire l’élan de la Russie”, constate Londres sur Twitter.

Vendredi soir, Kramatorsk, la principale ville du bassin du Donbass encore sous contrôle ukrainien, a subi plusieurs bombardements.

Une frappe sur sa place centrale, a laissé un cratère de deux mètres et brisé les vitres alentours sans toutefois faire de victime car elle est intervenue après le couvre-feu, selon un responsable militaire.

Auparavant, au moins trois frappes avaient touché le sud de Kramatorsk, vers l’aéroport, où des reporters de l’AFP ont vu un important panache de fumée. Depuis une hauteur, ils en ont aperçu un autre au-dessus de Sloviansk, ville proche également convoitée par les Russes.

Canons russes dans une centrale nucléaire

L’armée russe a déployé des lanceurs de missiles sur le site de la centrale nucléaire de Zaporijjia (Sud), la plus puissante d’Europe, qu’elle contrôle depuis début mars, a dénoncé vendredi soir le patron d’Energoatom, l’opérateur ukrainien.

“La situation (à la centrale) est extrêmement tendue et la tension s’accroît de jour en jour”, a indiqué sur Telegram Petro Kotin, le président d’Energoatom, selon lequel 500 soldats russes sont présents sur le site.

“Les occupants y amènent leur machinerie, y compris des systèmes de missiles avec lesquels ils ont déjà frappé” le territoire de Nikopol, qui fait face à l’infrastructure nucléaire, juste de l’autre côté du fleuve Dnipro, a-t-il poursuivi.

Le gouverneur de la région de Dnipro, Valentyn Reznichenko, a dénoncé samedi “un déluge de feu dans la matinée” sur le territoire de Nikopol, qui a fait deux morts.

Vinnytsia

Une 24e personne, une femme “brûlée à 85%”, est morte des frappes de missiles sur le centre de Vinnytsia, à des centaines de kilomètres à l’ouest du Donbass, a annoncé le gouverneur de la région de Vinnytsia, Serguiï Borzov, précisant que 68 personnes continuaient de recevoir des soins, dont quatre enfants.

Moscou, qui ne reconnaît aucune bavure ni crime de ses forces en Ukraine, affirme avoir frappé la “maison des officiers” de Vinnytsia. Un haut responsable américain sous couvert d’anonymat a déclaré n’avoir “pas d’indication sur la présence d’une cible militaire à proximité”.

Parmi les tués, une petite fille de 4 ans, Liza Dmitrieva, atteinte de trisomie, a été tuée alors qu’elle se rendait avec sa mère Iryna à un centre thérapeutique. Ne reste d’elle qu’une poussette rose tachée de sang.

Dizaines de milliers de morts

Il n’existe aucun bilan global des victimes civiles du conflit. L’ONU a recensé près de 5.000 morts confirmés, dont plus de 300 enfants, mais reconnaît que leur nombre véritable est sans doute largement supérieur.

Pour la seule ville de Marioupol (sud-est), tombée en mai au terme d’un terrible siège, les autorités ukrainiennes évoquaient quelque 20.000 morts.

Sur le plan militaire, des sources de sécurité occidentales évoquent désormais de 15.000 à 20.000 soldats russes tués. Kiev a fait état d’au moins 10.000 morts dans ses troupes.

Aucune statistique indépendante n’est disponible.

Recrutement de milliers de “volontaires” russes

La Russie a lancé en juin une campagne de recrutement de volontaires, qui s’est intensifiée en juillet, chacun de ses 85 régions devant réunir au moins 400 hommes, affirme l’ISW.

Les candidats, âgés de 18 à 60 ans, ne sont pas tenus d’avoir une expérience militaire. Ils seront formés pendant 30 jours avant d’être déployés en Ukraine, poursuit le centre de recherche.

Pour séduire les volontaires, des salaires très élevés pour la Russie : l’équivalent d’au moins 3.000 dollars par mois, ainsi que l’obtention du statut d’ancien combattant et d’autres avantages.

“Si l’effort génère 85 bataillons de 400 hommes chacun, cela amènerait 34.000 volontaires supplémentaires au combat au coût d’environ 102 millions de dollars par mois rien qu’en salaires”, un prix élevé pour des soldats inexpérimentés, observe l’ISW.

Une telle initiative démontre que le président russe Vladimir Poutine “ne veut toujours pas obliger son peuple à se battre et qu’il est incapable de l’inciter à se battre volontairement sans incitations considérables”, ajoute-t-il.

Ukrainiens déplacés ou réfugiés

Plus de six millions d’Ukrainiens sont déplacés à l’intérieur de leur pays, selon l’Organisation internationale pour les migrations (OIM) et le Haut Commissariat aux réfugiés de l’ONU (HCR).

Ils s’ajoutent aux quelque 5,5 millions d’Ukrainiens enregistrés en tant que réfugiés dans d’autres Etats européens depuis le début de l’invasion.

bur-jf/lp



Source link

Leave a Reply

Your email address will not be published.