Lifestyle

Haute-Garonne : « Le sport est bon pour le cerveau » estime l’ancien athlète Stéphane Diagana


l’essentiel
L’ancien athlète Stéphane Diagana participera au colloque « Pour une Haute-Garonne en mouvement », organisé par le conseil départemental.

Ce mardi à 18 heures, Line Malric, vice-présidente du conseil départemental en cost du Sport ouvrira le premier colloque dédié au Sport-santé “Pour une Haute-Garonne en mouvement” au Pavillon République à l’Hôtel du Département. Stéphane Diagana, grand témoin de cet événement et acteur engagé sur cette thématique interviendra. Interview.

Vous avez été champion du monde du 400 m haies en 1997 et recordman d’Europe du 400 m haies. Aujourd’hui, vous promouvez l’significance de l’activité physique…

Ça fait pas mal d’années que je travaille sur la thématique de sport santé. Après ma carrière d’athlète, j’ai été sollicité par plusieurs personnes pour aborder cette problématique. Je faisais beaucoup de prévention. Maintenant, je me penche davantage sur des questions thérapeutiques. Des études étayées prouvent l’efficacité du sport sur la santé mentale.

Pensez-vous que l’activité physique est moins pratiquée qu’il y a quelques années ?

La baisse est considérable. En 200 ans, l’activité physique a été divisée par 8. On pratique beaucoup moins. On a longtemps pointé du doigt l’alimentation. Et c’est vrai, il faut qu’elle soit équilibrée. Mais il ne faut pas négliger l’significance de l’activité physique. Que ce soit dans notre travail, notre manière de nous déplacer, nos loisirs ou nos tâches quotidiennes, on a rogné notre temps d’activité physique en robotisant. Ces 4 temps permettent bien d’interroger notre niveau d’activité physique.

Vous vous intéressez également aux conséquences que peut avoir la sédentarité…

Le manque d’activité physique peut avoir des effets dramatiques sur la santé. Mais des personnes respectent les recommandations de l’OMS (150 min d’activité d’intensité moyenne à modérée par semaine) mais, en parallèle, elles peuvent être trop sédentaires et passer 7 heures par jour assises. Il faut limiter ces temps de sédentarité, qui peuvent entraîner des maladies cardiovasculaires, métaboliques ou neurodégénératives. On pensait qu’un muscle ne faisait que produire des mouvements mais il produit des molécules qui permettent au cerveau le bon fonctionnement. Le mouvement est consubstantiel d’une vie en bonne santé. Faire du sport, c’est bon pour le cœur, mais aussi pour le cerveau.
Propos recueillis par H.Z



Source hyperlink

Leave a Reply

Your email address will not be published.

close