Business

Législatives : la démocratie à réinventer



D’abord il y a eu la stupeur : 89 députés élus pour le RN, une entrée en force de l’extrême droite à l’Assemblée nationale. “C’est le résultat le plus frappant de la soirée, estimait The Guardian, dimanche 19 juin dans la soirée, après l’annonce des résultats du second tour des élections législatives. Un record historique pour le parti d’extrême droite anti-immigration de Le Pen.”

Mais ce que la plupart des commentateurs étrangers ont surtout souligné, outre le score flatteur de la Nupes – un pari réussi pour la gauche, de l’avis quasi unanime de la presse internationale –, c’est l’échec d’Emmanuel Macron, deux mois après sa réélection, qui n’obtient pas la majorité absolue. Résultat : un Parlement morcelé, le risque de voir le pays devenir ingouvernable et une immense responsabilité à venir pour toute la classe politique.

Serait-ce un mal pour un bien ? Un choc finalement salutaire pour la démocratie française ? À certains égards, la presse étrangère fait entendre une voix légèrement différente, passé la surprise des résultats. C’est ce regard décalé que nous avons voulu mettre en avant en changeant au dernier moment notre une.

Certes, Emmanuel Macron a bien pris une claque, voire deux gifles (l’une à gauche, l’autre à l’extrême droite, suivant les analyses), et il en est le seul responsable, le pyromane en chef aux yeux de la plupart des commentateurs étrangers. “Le Rassemblement national a trouvé un allié inespéré dans le président de la République, qui s’est inquiété de l’avancée de la Nupes de Mélenchon, au point de rompre avec la tradition du ‘front républicain’, qui voudrait que l’on vote en faveur de tout candidat qui se trouve face à l’extrême droite”, écrit le Corriere della Sera.

Même constat pour Le Soir à Bruxelles : “Emmanuel Macron a joué avec le feu, il se retrouve avec un énorme incendie à l’Élysée. Le président français sort groggy de ces législatives qu’il a snobées, et… vice versa.”

“Moins de deux mois après sa réélection, le voilà sans majorité absolue, face à une Assemblée nationale qui a le mérite, au moins, de symboliser les énormes fractures du pays et avec une question fondamentale et angoissante : comment et avec qui gouverner la France ?”

C’est la question qui revient dans toute la presse étrangère mais pas seulement. À l’image de Die Tageszeitung, en Allemagne, qui veut croire en un sursaut démocratique. “Les résultats de ces élections sont une victoire pour la démocratie parlementaire, écrit le titre. L’Assemblée nationale ne se limitera plus au rôle de chambre d’enregistrement auquel le système présidentiel français tend à la cantonner.”

Même sentiment dans la presse suisse, où la Tribune de Genève insiste sur le péché d’orgueil du président français : “Macron voulait gouverner seul. Il devra négocier chacune de ses réformes avec la droite, le centre ou la gauche. Les débats s’annoncent houleux mais passionnants à l’Assemblée. L’immobilisme n’est pas une fatalité. Le ‘choc démocratique’ de dimanche peut être salutaire.”

Les législatives ne sont pas un référendum présidentiel, insiste le journal, et Emmanuel Macron n’aurait pas dû refuser de faire campagne. Pour la Tribune de Genève, le mérite de ce vote est qu’il assure une meilleure représentativité aux Français : pas superflu alors que plus de la moitié des citoyens ne votent plus.

Un Parlement plus représentatif, replacé au centre du débat politique et qui oblige au dialogue, à des accords stables ou, au cas par cas, à des majorités de projet, comme en Italie, en Espagne, en Suisse… Après tout, si d’autres en sont capables, pourquoi pas les Français ? Pour la presse étrangère, c’est tout l’enjeu désormais. Que la France réapprenne la vie parlementaire. On verra dès les premiers débats à l’Assemblée, dans quelques jours, si la culture du compromis est une option.

Nous avions initialement prévu de consacrer notre dossier de couverture à l’Alliance atlantique, qu’on disait moribonde et que la guerre en Ukraine a de fait relancée. Les intérêts de Washington sont-ils les mêmes que ceux des Européens ? Rien n’est moins sûr. À la veille d’un sommet majeur de l’Otan à Madrid, nous maintenons un important dossier sur le sujet dans ce numéro. Bonne lecture !



Source link

Leave a Reply

Your email address will not be published.