Business

Les forces russes gagnent du terrain dans l’est de l’Ukraine



Zarichne, Novotoshkivske, Velyka Komyshuvakha et Zavody. Ces villages ukrainiens – dont le nom ne dira rien à l’écrasante majorité des lecteurs – sont passés sous le contrôle de l’armée russe. C’est ce que rapporte ce 27 avril The Guardian, qui explique que les forces de Moscou ont “conquis” plusieurs villages dans le cadre de leur “offensive pour contrôler totalement le Donbass”.

Une data que le quotidien britannique tient du ministère de la Défense ukrainien, qui a admis ces petites pertes territoriales. Des pertes qui ne se limitent pas au Donbass, mais qui concernent également la région de Kharkiv (nord-est de l’Ukraine).

Ces avancées pourraient être la conséquence du redéploiement de troupes russes dans l’est de l’Ukraine, région qui est désormais l’objectif principal de Vladimir Poutine. Le président russe a d’ailleurs déclaré encore aujourd’hui que “toutes les missions de l’opération militaire spéciale [le nom qu’on donne à la guerre en Russie] que nous menons dans le Donbass et en Ukraine seront remplies sans condition”.

Pourtant, jusqu’ici, l’avancée militaire dans l’Est n’a pas enregistré d’avancée majeure par rapport à la state of affairs qu’on pouvait observer sur le terrain au début du mois d’avril, à l’exception de la prise de Marioupol, annoncée par les Russes mais niée par Kiev. Car un dernier groupe de militaires ukrainiens résiste toujours dans le complexe sidérurgique d’Azovstal, où, “selon Serhiy Volyna, commandant de la 36e brigade des marines, se trouvent aujourd’hui 600 blessés, civils et militaires, privés de soins et de médicaments”, rapporte le quotidien italien La Repubblica.

Des bombes au phosphore ?

Le média transalpin relaie également les déclarations de Pavlo Kyrylenko, gouverneur ukrainien de la région de Donetsk, qui accuse les Russes d’avoir “frappé deux fois la ville d’Avdiivka [près de Donetsk, contrôlée par Kiev] avec des bombes au phosphore”, hier et aujourd’hui. Ce n’est pas la première fois que l’Ukraine reproche à la Russie d’avoir utilisé ces armes, interdites contre les civils, même si Moscou a toujours nié ces accusations.



Source hyperlink

Leave a Reply

Your email address will not be published.

close