Business

l’Etat accorde une dotation de 10 millions d’euros



Fragilisée par la diminution de l’utilisation de l’argent liquide, la plus vieille establishment de France, qui fabrique les pièces circulant dans le pays, veut se réinventer. Et pour trigger, alors que le paiement sans contact ou directement by way of des functions prend le pas, l’établissement souffre d’une baisse des commandes de l’Etat, divisées par deux en dix ans.

Pour l’aider à se diversifier, les pouvoirs publics ont décidé de lui accorder une dotation de 10 hundreds of thousands d’euros, selon un arrêté publié samedi au Journal officiel. Une transformation déjà entamée, qui lui a permis l’an dernier de redevenir worthwhile grâce à l’édition de pièces thématiques autour de personnages réels ou fictifs, comme Napoléon ou Harry Potter, mais qui devrait donc se renforcer. Pour redresser la barre, la Monnaie de Paris avait par ailleurs réduit ses dépenses, ce qui est notamment passé par une baisse de 9% de ses effectifs en trois ans (450 personnes). Une stratégie qui avait porté ses fruits : la Monnaie de Paris avait dégagé un bénéfice internet de 4,5 hundreds of thousands d’euros, après avoir essuyé quatre années de pertes ou de résultats tout juste à l’équilibre (-22 hundreds of thousands d’euros entre 2017 et 2020), et réalisé son meilleur chiffre d’affaires depuis 2012 (146,2 hundreds of thousands d’euros).

La Monnaie de Paris décroche un contrat à 15 hundreds of thousands d’euros avec l’Arabie saoudite

Diversification dans l’immobilier d’entreprise

Mais l’establishment présente à Paris et dans la banlieue bordelaise (Gironde), veut aller plus loin, et changer de modèle économique, en se lançant dans l’immobilier d’entreprise. Dans un récent entretien au quotidien régional Sud Ouest, son PDG, Marc Schwartz, indiquait ainsi vouloir s’ « assurer des revenus complémentaires en créant des locaux » sur un de ses websites à Pessac, près de Bordeaux, pour les louer à des professionnels. Grâce à une loi votée en février, la Monnaie de Paris va en effet pouvoir construire plusieurs immeubles à usages multiples (bureaux, logistique…) sur le terrain attenant à l’usine de Pessac en Gironde, où sont fabriquées les pièces de monnaie.

D’ici là, l’établissement pourrait cette année pâtir de la hausse du prix des matières premières, entraînée par la guerre en Ukraine. Mais il pourrait aussi profiter du statut refuge de ses pièces : depuis le déclenchement du conflit, les ventes de pièces de assortment en or ont augmenté de 10%.