Business

l’Europe contre le paiement du gaz en roubles


Ursula von der Leyen, la présidente de la Commission européenne, a réagi lors d’une conférence de presse mercredi 27 avril 2022 sur la fin des livraisons de gaz russe à la Pologne et à la Bulgarie.

Une réponse « immédiate, unie et coordonnée »


Pour la présidente de la Commission européenne, la suspension de la half de la Russie des livraisons de gaz à la Pologne et à la Bulgarie sur fond de guerre en Ukraine ne sont qu’une « provocation du Kremlin ». Elle a promis que « la décision de Gazprom aura le moins d’impression doable pour les consommateurs européens ». En effet, les deux pays soumis à la suspension de livraison « reçoivent déjà du gaz de leurs voisins de l’Union européenne ». Face à cette décision russe, Ursula von der Leyen a promis une réponse « immédiate, unie et coordonnée ».

« Nous devons travailler avec des partenaires fiables et renforcer notre indépendance énergétique », a-t-elle déclaré. Pour la Commission européenne, « l’ère des carburants fossiles russes en Europe va bientôt être révolue ». Pour Ursula von der Leyen, l’Europe doit « garantir un approvisionnement et un stockage de gaz suffisants à moyen terme ».

Les paiements en roubles non acceptés

La présidente de la Commission européenne est également income sur la décision du Kremlin de payer les livraisons de gaz à la Russie en roubles plutôt qu’en euros ou en {dollars}. « Les paiements en roubles, si cela n’est pas prévu dans le contrat, sont bien des violations des sanctions », a-t-elle expliqué. Pour Ursula von der Leyen, les entreprises énergétiques concernées par cette demande de Vladimir Poutine sont exposées à « un risque élevé ».

Plusieurs pays commencent à penser à l’avenir de leur pays indépendant du gaz russe. La Pologne, qui dépendait jusque-là à 50% de gaz provenant de Russie qu’ils n’auraient « plus du tout besoin de gaz russe à partir de l’automne » 2022. En France, Bruno Le Maire, le ministre de l’Economie, a expliqué en mars 2022 que « une scenario dans laquelle demain (…) il n’y aura plus de gaz russe » pourrait apparaître. « C’est à nous de préparer ces scénarios-là, et nous les préparons », avait-il déclaré.





Source hyperlink

Leave a Reply

Your email address will not be published.

close