Lifestyle

peuvent-ils remplacer les fruits frais ?



“Mangez au moins cinq fruits et légumes par jour”, tout le monde connaît la recommandation martelée notamment à la télévision lors des publicités. Pourtant, rares sont les personnes à vraiment l’appliquer. Les Français ne consomment que la moitié de la quantité recommandée. Seuls 36 % des Français adultes et 14 % des enfants consomment ainsi les cinq portions journalières de 80 grammes. C’est certes plus qu’en 2016 où ce score n’atteignait que 6 % chez les enfants.

Prix trop élevés et conservation limitée, les fruits frais peuvent représenter un frein pour les petits budgets ou ceux qui n’auraient pas l’habitude d’en consommer. Des alternatives avec des délais de conservation nettement plus longs existent néanmoins : en conserve, surgelés ou en compote, les fruits dits élaborés permettent de compléter ces apports quotidiens insuffisants.

Les compotes : pas que pour les enfants

Indispensables des parents, les compotes occupent une place majeure dans l’alimentation des tout-petits. Et lorsqu’ils grandissent, les compotes en gourde sont des incontournables des paniers pique-nique lors des sorties scolaires ou de loisirs.

Les enfants consommateurs de compotes sont ainsi trois fois plus nombreux à atteindre le repère de consommation de cinq fruits et légumes par jour que les non-consommateurs. Un pot de compote ou une gourde correspond effectivement à l’une de ces portions de fruits. Pourquoi s’en priver à l’âge adulte ?

Outre les traditionnels pommes-bananes et pommes-fraises, les fabricants de compotes proposent depuis quelques années déjà des recettes plus originales à l’intention des adultes : châtaigne, litchi, fruits exotiques… La compote ne se limite plus à la pomme, même si ce fruit reste l’ingrédient de base de la majorité des recettes, et permet de varier les saveurs.

Vos fruits préférés toute l’année

Vous avez au contraire des goûts très sélectifs et ne jurez que par un ou deux fruits en particulier, quitte à faire l’impasse dessus quand ce n’est pas la saison ? Pourquoi ne pas vous tourner vers les fruits en conserve ou surgelés ?

La poire, très fragile lorsqu’elle est fraîche, est la reine des conserves. La pâtisserie n’y est sûrement pas pour rien : les Français, occupés par le fait maison pendant les confinements, ont redécouvert les fruits en conserve. Les ventes en sortie d’usine ont ainsi bondi de 64 %.

Pour les fruits rouges, c’est au rayon surgelés que vous trouverez le plus de choix tout au long de l’année. Framboises, fraises, groseilles, cassis… soumis aux aléas climatiques, ces fruits sont largement plébiscités sous ce format. Ils ne détiennent pas pour autant le monopole puisqu’on trouve également des ananas, des mangues, des châtaignes, des abricots surgelés mais aussi des nectarines coupées en deux et dénoyautées ou des tronçons de rhubarbe pour plus de praticité.

Fruits au sirop, compotes : pas trop sucrés ?

Quid des qualités nutritionnelles de ces produits ? Les technologies de transformation permettent désormais de prévenir les pertes d’éléments nutritifs qui peuvent subvenir lors de la cuisson, des dommages qui sont en revanche compliqués à éviter dans la cuisine d’un particulier faute d’outils précis. Les fruits élaborés sont en outre préparés immédiatement après leur récolte, ce qui permet là aussi de préserver leurs atouts nutritionnels et gustatifs.

Qu’en est-il de leur réputation de produits sucrés ? Les fruits en conserve, autrefois surnommés fruits au sirop, ne le sont justement plus : depuis 2019, les liquides de couverture n’ont plus cette dénomination et ne sont plus soumis à une teneur en sucre minimale. Leur taux de sucre a ainsi été réduit à et avoisine désormais la teneur en sucre naturelle des fruits.

Quant aux compotes classiques, elles côtoient désormais dans les rayons les compotes allégées ou les purées de fruits strictement sans sucres ajoutés. Ainsi, si on trouve 23 grammes de sucre dans un pot de compote et 14 grammes dans un pot de compote allégée, un pot de purée de fruits n’en contient que 11,6 grammes, une quantité similaire à celle d’une pomme. Les compotes classiques, dont la teneur en sucre est supérieure à 24 %, ne représentent aujourd’hui plus que 4 % des références commercialisées depuis 2017 tandis que celles sans sucres ajoutés constituent 40 % du catalogue.

Purées de fruits et fruits en conserve disposent ainsi majoritairement d’un Nutriscore A. Enfin, les sachets de fruits surgelés ne contiennent tout simplement que… des fruits.

Seule mauvaise élève : la confiture, classée C et qui n’est d’ailleurs pas recommandée dans le cadre des cinq portions journalières. Pour rester raisonnable, limitez-vous donc à une cuillère à café dans un yaourt et deux cuillères sur les tartines du petit-déjeuner.



Source link

Leave a Reply

Your email address will not be published.