Business

pourquoi Everlia change de modèle économique et décentralise sa production


L’entreprise héraultaise Everlia, dont le siège est à Saint-Thibéry, construit des maisons et bâtiments modulaires à base de containers maritimes recyclés. Jusqu’à présent, elle acheminait les containers jusqu’à son web site de manufacturing de Béziers, dans une ancienne usine désaffectée qu’elle loue également, et produisait sur place avant d’expédier les bâtiments modulaires ou maisons sur le lieu de building.

En novembre 2020, le fondateur et dirigeant d’Everlia, Alain Krzyzanowski, signait le compromis de vente d’un terrain de 4 ha sur une zone industrielle de Béziers, pour y construire une usine de 10.000 m2, afin d’augmenter ses capacités de manufacturing. Il projetait les premiers coups de pioche à l’automne 2021 pour une set up à la fin du premier trimestre 2022… Mais un différent avec la SEM biterroise Viaterra (sur lequel Alain Krzyzanowski ne s’étend pas) sur le terrain visé a fait capoter le projet.

Décentraliser la manufacturing by way of des licences

En 2019, Everlia réalisait un chiffre d’affaires de 2 tens of millions d’euros, mais peinait depuis à produire suffisamment et dans les temps pour honorer un carnet de commandes bien rempli. Alors qu’elle employait une vingtaine de salariés, Everlia a dû commencer à licencier « il y a un mois », précise Alain Krzyzanowski.

« Nous avons clairement un problème de capacité de manufacturing, 2 tens of millions d’euros ne permettant de faire qu’une dizaine de projets, explique aujourd’hui le dirigeant à La Tribune. Alors nous avons dû faire un choix et nous avons opté pour un changement de modèle économique, Donc le projet de construire une usine est abandonné et nous prenons un virage : nous lançons le principe de licence Everlia, avec l’objectif d’avoir plusieurs micro-usines en France plutôt que centraliser la manufacturing à Béziers. Everlia preserve un gros bureau d’études qui gèrera l’ingénierie et la maîtrise d’œuvre pour l’ensemble des licenciés. Nous nous adressons à des entreprises déjà existantes qui veulent se diversifier ou verdir leur manufacturing, ou s’orienter vers produits plus innovants. Cela peut aussi intéresser des gens qui se sont mis à faire de la building en containers mais n’ont pas la compétence ou les connaissances requises. Nous avons lancé cette licence de marque il y a un mois. Nous avons déjà aujourd’hui une quinzaine de retours sérieux, nous avons signé sept contrats de confidentialité et nous travaillons sur les contrats définitifs, notamment en Alsace et dans les Antilles. Notre objectif est d’ouvrir les dix premiers licenciés cette année. Ce nouveau modèle économique nous fera faire moins de chiffre mais plus de marge… »

L’envie de maison secondaire

Les crises que traversent les économies mondiales ont fait augmenter le prix des matériaux. L’approvisionnement en containers maritimes ne pose pas de problème mais leur prix a été multiplié par trois. Mais la crise liée au Covid a aussi développé l’envie de maison secondaire ou d’exode loin des villes.

« La demande a explosé et on a aussi beaucoup de commande de piscines en containers, une offre qu’on a lancée il y a un an et demi, souligne Alain Krzyzanowski. En 2021, nous avons enregistré 8.000 demandes, ce qui est extraordinaire ! »

Aujourd’hui, 85% des commandes émanent de collectivités, et 15% de particuliers. Everlia vient ainsi de livrer une salle de spectacle d’une centaine de locations à Bouc-Bel-Air (bouches-du-Rhône) pour Arsud (le satellite tv for pc tradition de la Région Sud). Elle avait livré, en juillet 2021, la première mairie de France construite en containers maritimes à Faugères (Hérault).

« Nous venons aussi de livrer une maison à l’entrée du village du temple bouddhiste Lerab Ling (centre d’étude et de pratique du bouddhisme tibétain, situé dans la commune de Roqueredonde, près de Lodève et du causse du Larzac, dans l’Hérault, NDLR), ajoute Alain Krzyzanowski. Nous réalisons une piscine pour un tenting, ou encore 13 logements pour l’OPH de Foix… Il y a toujours une forte demande de la half des collectivités, notamment des workplaces publics HLM pour faire des logements sociaux. En ce second grosse appétence pour les sujets environnement, la RE2020 joue à plein et nos produits correspondent exactement aux besoins des collectivités. »

Maison low-cost : améliorer son financement

Everlia poursuit également sa stratégie sur la maison low-cost, baptisée NOW et lancée en 2018 : une maison T4 de 81 m2 conçue à base de trois containers recyclés, à moins de 100.000 euros. Destiné aux auto-constructeurs, elle est livrée en quatre modules à assembler.

« Aujourd’hui, nous en avons vendu deux seulement parce qu’il y a un problème de financement avec les banques : ce modèle de maison en equipment n’existe pas et il n’y a pas de garantie décennale, explique le dirigeant. Nous sommes en prepare d’examiner ça avec les banques… Nous conserverons la manufacturing de ces maisons centralisée à Béziers, ainsi que celle des piscines. »

Avec son nouveau modèle décentralisé, Everlia vise à faire grandir la marque en France avant de se lancer à l’export « automobile il y a beaucoup de demandes », guarantee Alain Krzyzanowski.

Pour l’heure, alors qu’elle doit quitter la location de l’ancienne usine désaffectée qu’elle occupe à Béziers, Everlia devrait se retrancher sur son siège à Saint-Thibéry mais recherche de nouveaux locaux.