Lifestyle

Pourquoi les abeilles sont si importantes pour notre santé ?


Pour beaucoup, les abeilles ne servent qu’à faire du miel… et à nous piquer. Mais saviez-vous qu’elles jouent un rôle non négligeable pour notre santé, et plus particulièrement notre alimentation ? En cette journée mondiale des abeilles, posons la query : que se passerait-il si elles venaient à disparaître ?

Pratiques agricoles intensives, utilisation de pesticides, air pollution, changements climatiques… Depuis de nombreuses années, les abeilles sont menacées par les activités humaines. A tel level que certains craignent leur disparition. Une data à ne pas prendre à la légère tant ces insectes pollinisateurs participent à notre équilibre alimentaire.

Moins de fruits et légumes

Si les abeilles venaient à disparaitre, le miel manquerait à beaucoup d’entre nous. Mais le problème va bien au-delà. Près de 90% des plantes à fleurs dans le monde dépendent, au moins en partie, de la pollinisation par les insectes qui transportent le pollen depuis les étamines (organes mâles) jusqu’aux stigmates (organes femelles) des fleurs.

En fait, environ 35% de ce que nous mangeons est lié à l’motion des abeilles. La pollinisation favorise les productions de graines ou de fruits.

Résultat : les équilibres alimentaires seraient profondément modifiés pour trois catégories : les fruits, les légumes et les stimulants comme le café ou le cacao. “Ainsi, notre source d’alimentation (et celle des animaux dont nous nous nourrissons) se limiterait aux seules plantes ou cultures non dépendantes de la pollinisation, principalement les céréales “, alerte ainsi le Ministère de la transition écologique. En clair : il est très compliqué aujourd’hui de trouver un seul repas dans lequel les abeilles ne sont pas impliquées.

Quels aliments pourraient disparaître ?

A rayon des fruits, “les framboises, le raisin, les fraises, la rhubarbe, les mûres, les pommes, les poires… ont besoin des insectes pour être pollinisés“, explique l’affiliation de défense des abeilles Bee Connected News. “En revanche, les fruits dont la pollinisation prend effet grâce au vent ou à l’eau continueraient à pousser. Il s’agit notamment des kiwis, des abricots, des citrons, des myrtilles…

Du côté des légumes, “environ 20 000 espèces végétales dépendent directement des abeilles pour se reproduire. Ce sont ainsi autant de salades, de poireaux, de patates douces, d’aubergines, de poireaux, d’oignons et de potimarrons qui ne feraient plus partie de notre alimentation“.

La quasi-totalité des aromates feraient également leurs adieux, tout comme les oléagineux.



Source hyperlink

Leave a Reply

Your email address will not be published.