Lifestyle

Sport, arthrose, sclérose en plaques : la cryothérapie, un remède magique ?


l’essentiel
À Pamiers, Stéphane Simon a monté le seul centre de cryothérapie du département. Sportifs, salariés, malades s’en remettent aux vertus du froid pour traiter, notamment, contusions et douleurs articulaires. Témoignages.

Le temps des baignoires à glaçons où barbotaient les rugbymen pour récupérer est révolu. Pamiers détient le seul centre de cryothérapie du département. Et manifestement, ça begin à se savoir à en croire les collaborations avec Aubert & Duval, Maestria, Vitesco ou encore, la mairie de Pamiers. Dans cette cabine dernier cri où seule la tête dépasse, de l’azote liquide est transformé en gaz pour générer de la vapeur diffusée à une température qui oscille entre moins 110 et 150 °C. Que les frileux se rassurent : le temps d’exposition ne peut pas excéder 3 minutes et promis, “le ressenti n’est pas à la hauteur”. “C’est un froid très sec qui agit sur la vasodilatation. Ce processus permet de dégager et de détruire les toxines, l’acide lactique et les mauvaises cellules souches qui provoquent les douleurs articulaires”, précise Stéphane Simon, le patron du centre Cryo + qui est également responsable du centre d’entraînement du Sporting Club appaméen (SCA).

Un partenariat avec l’Association française des sclérosés en plaques

Sur la planète ovalie, le froid a toujours été vecteur de récupération. Mais la cryothérapie, c’est un peu la division supérieure. “Après un match, on est forcément mâché. Et certains entraînements sont plus durs que les rencontres en elles-mêmes. Ces séances nous permettent d’effacer les contusions, de se sentir plus léger et de repartir à zéro en début de semaine. Moi, j’ai découvert ça à Rodez et même pour la qualité de mon sommeil, ça m’a aidé. La récupération, c’est un ensemble. Au rugby, le niveau est de plus en plus élevé et on est confronté à des blessures qui n’existaient pas avant. Certains les galvaudent mais sont confrontés à des épisodes de grosses fatigues. La récupération, c’est un processus à appréhender tôt pour absorber les charges de travail”, analyse Romain, demi d’ouverture au SCA et salarié du membership pour la formation des jeunes.

En voilà justement un qui passe par là. Dans quelques heures, Ugo devra pointer à l’entraînement. Or, cet espoir de 19 ans a essuyé plusieurs béquilles lors du déplacement à Valence-d’Agen. “On n’a plus cet effet de jambes lourdes et les courbatures qui vont avec”, signale le jeune homme.

Stéphane Simon ne se prend toujours pas pour un docteur. Il parle de “clients” et de “travail en complémentarité” avec certains professionnels de santé, comme les médecins, kinésithérapeutes et autres ostéopathes. Les personnes qui souffrent d’arthrose et de tendinite passent souvent la poste du centre. Comme Monique, 62 ans et une pêche d’enfer. Ce qui n’était pas le cas il y a peu de temps pour cette dame atteinte de fibromyalgie. “En 2015, j’étais sur le point de vendre ma voiture car je n’arrivais plus à bouger les bras et ça devenait compliqué pour mes jambes. Des séances régulières de cryo m’ont beaucoup soulagée. Même pour l’arthrose, ça aide énormément. Et j’ai un sommeil plus réparateur car ça enlève les toxines. Donc ça explose tellement dans le sang qu’on se réveille avec la frite !”, sourit-elle. Même s’il faut rappeler que la cryothérapie est contre-indiquée dans certaines pathologies, comme les maladies vasculaires.

Par ailleurs, des malades de most cancers ou de Parkinson complètent régulièrement leur parcours de soins avec la cryothérapie. D’ailleurs, Cryo + a ratifié un partenariat avec l’Association française des sclérosés en plaques (AFSEP) qui y a manifestement décelé un bénéfice. Pour Mélodie, infirmière qui a elle-même été opérée du genou récemment, “ça permet de considérablement réduire l’œdème en favorisant le retour veineux et donc, le processus de guérison”. “Même pour la peau, l’eczéma ou le psoriasis, c’est très efficace !”

Les personnes handicapées sont les bienvenues

Pendant vingt-cinq ans, Stéphane Simon travaillait comme éducateur sportif auprès d’enfants en state of affairs de handicap. Une problématique qui l’anime encore aujourd’hui. En fondant Cryo +, qui est d’ailleurs parrainé par le préparateur sportif Christian Ramos, il était mu par la volonté “de rendre ce centre accessible à toute personne, qu’il s’agisse de mobilité ou d’aspect financier”. Ainsi, la construction a été conçue en respectant toutes les normes PMR en vigueur. Ses shoppers viennent de toute l’Ariège mais aussi de Toulouse, Labège, Caraman ou encore, Villefranche-de-Lauragais. Lancé en 2017 et malgré un contexte mondial plus que compliqué, Cryo + ne cesse de se diversifier. Aujourd’hui, Stéphane Simon travaille avec des professionnels partenaires qui interviennent sur l’esthétique, la réflexologie, les massages et le bien-être sans oublier un cupboard d’infirmiers et l’hypnose. Un pôle dit de préparation mentale a également vu le jour pour les sportifs. Et bientôt, une diététicienne et nutritionniste complétera l’effectif.



Source hyperlink

Leave a Reply

Your email address will not be published.