Lifestyle

Upsa rassure, aucun risque de rupture pour Dafalgan et Efferalgan avec la 7e vague Covid


l’essentiel
L’ANSM recommande aux pharmaciens de restreindre la vente de paracétamol, par crainte de rupture de stock. Chez Upsa à Agen, au contraire, on rejette tout risque de pénurie.

L’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) a publié cette semaine un communiqué, un brin alarmant, indiquant que “le paracétamol fait l’objet de difficultés d’approvisionnement temporaires”. Dans ce document, il est notamment indiqué que “dans le contexte de la 7e vague de Covid-19 en cours et de la période estivale, des mesures sont mises en place afin de sécuriser la situation et garantir la couverture des besoins de tous les patients. L’ANSM et les syndicats de pharmaciens d’officine (FSPF et USPO) recommandent aux pharmaciens de limiter leurs commandes et de réguler les quantités dispensées dans la mesure du possible”.

Les “retards d’approvisionnement” seraient la conséquence de “difficultés de production” conjuguées à une hausse des consommations de paracétamol qui, on le sait, permettent d’agir contre certains symptômes du Covid (maux de tête, fièvre, etc.). Et l’ANSM de recommander aux pharmaciens de limiter la dispensation à deux boîtes par patient sans ordonnance.

“Aucune tension” au contraire

Chez Upsa, dont les deux usines sont basées à Agen et au Passage-d’Agen, ce communiqué laisse pantois. “Il n’existe aucun risque de rupture sur nos deux produits Efferalgan et Dafalgan, indique la direction générale. L’ANSM anticipe la 7e vague, voit peut-être des retards d’approvisionnement sur certaines formes de paracétamol, d’où ces mesures de contingentement, mais il n’existe chez nous aucune tension sur la production. Notre état de stock garanti aujourd’hui l’approvisionnement des hôpitaux, des grossistes et des pharmacies. Nous avons un mois de stock pour les officines, et nous suivons l’évolution du marché continuellement, pour faire face si nécessaire. Nos deux sites de production, basés à Agen, permettent une réaction rapide à toute évolution du marché, c’est ça l’avantage de produire en France…”

204 millions de boîtes par an

Les deux usines Gascogne et Guyenne travaillent sept jours sur sept (et même 24 heures sur 24), et l’an passé pas moins de 204 millions de boîtes d’Efferalgan ou de Dafalgan en sont sorties (dont 113 millions pour le marché français).

La PDG d'Upsa Isabelle Van Rycke a établi sur stratégie 2022-2025 basée sur la diversification de la production, pour développer au-delà du paracétamol.
La PDG d’Upsa Isabelle Van Rycke a établi sur stratégie 2022-2025 basée sur la diversification de la production, pour développer au-delà du paracétamol.
photo Morad Cherchari

La production 2022 est aussi dynamique que celle de 2021, et le risque de pénurie (qui ne peut qu’inquiéter) semble hors sujet. Par ailleurs, Upsa a revu ses dernières années ses sources d’approvisionnement en principes actifs, et le laboratoire agenais n’est plus dépendant d’éventuelles tensions sur le ” sourcing” en Asie. Dafalgan et Efferalgan “made in Agen” seront donc fidèles au poste si la crise sanitaire l’exigeait.



Source link

Leave a Reply

Your email address will not be published.